[Visite de l’usine] Tout savoir sur la fabrication des petits pots Nestlé bébé – #CestMoiQuiFabrique

La semaine dernière, j’ai eu ce grand privilège de visiter l’usine de Nestlé Bébé dans le cadre de l’opération #CestMoiQuiFabrique ! J’ai pu découvrir le processus de fabrication des petits pots Nestlé Bébé !

 

J’ai tout de suite accepté l’invitation de l’agence « Le bureau de la Com ». Je trouve que c’est audacieux de la part de la marque et à la fois risqué d’ouvrir ses portes aux consommateurs, blogueurs et journalistes !

 

Cette visite m’a permis de rencontrer les personnes qui fabriquent chaque jour les petits pots pour nos bébés et qui assument cette grosse responsabilité !

 

Parce que l’alimentation infantile ce n’est pas rien – il y a une réglementation très stricte que tous les producteurs doivent suivre à la lettre !

 

On a souvent cette image que les produits « industriels » ne sont pas bons, voir « chimiques »… mais dans l’alimentation infantile, les règles son tellement strictes que certains pédiatres conseillent même de donner des petits pots à nos bébés à la place du « fait-maison » !

Dans les repas « fait-maison », il y a plus de risques que le repas contienne des éléments toxiques (par rapport à la cuisson, à la provenance du produit, à la conservation, etc. ) tandis que dans les produits dits « industriels », les produits sont très contrôlés pour respecter et apporter l’alimentation la plus saine possible à nos bébés qui découvrent le monde.

 

Revenons à ma visite dans l’usine de Nestlé bébé.

Le vendredi 12 mai, j’ai dû me lever à 5h du matin pour aller visiter l’usine ! Oui oui 5h du matin (ça pique les yeux) car l’usine est à Arches (dans les Vosges) – soit 3 heures de train pour y aller…

Avant de partir, mon BabyboyII s’est levé pile-poil dans le timing.  J’ai donc pu lui donner la tétée avant de partir et papa a pris le relai ensuite pour déposer les enfants à la crèche.

 

Arrivée à Gare de l’est à 6 h 30, je retrouve Anaïs de l’agence « le bureau de la com » et 3 autres blogueuses : @LaMiteOrante @Chloemylittlebird @littlemumsunshine ! Trois blogueuses que je ne connaissais pas et que j’ai été ravie de rencontrer 🙂 – C’est l’un des aspects de la blogosphère que j’adore, c’est de rencontrer d’autres blogueuses qui partageant le même univers que toi hihi !

 

Allez c’est parti pour 3 heures de train : Paris – Nancy – Epinal

 

Dans le train qui va pour Epinal, nous rencontrons une nouvelle personne, qui travaille chez Nestlé (à Paris) et qui va aussi visiter l’usine avec nous 🙂

Nous sommes donc 5 à la Gare d’Epinal – nous prenons un « grand » taxi pour nous rendre à l’usine !

 

Arrivées à l’usine, nous sommes accueillies par le directeur de l’usine.

Nous passons le portique de sécurité pour rentrer dans l’enceinte de l’usine.

Nous sommes tout d’abord dirigées dans une salle, où un petit déjeuner nous attendait pour nous accueillir. Autant vous dire que nous avions faim (levée à 5h du mat – c’était trop tôt pour déjeuner).

Dans la salle, il y avait des consommateurs qui ont gagné le droit de visiter l’usine et d’autres membres de Nestlé pour nous accompagner durant cette journée.

 

Avant de visiter l’usine, nous avons eu une présentation sur l’histoire de l’usine et surtout des instructions sur les règles de sécurité à respecter.

L’une des règles de sécurité importante pour rentrer dans l’usine, c’est de porter un EPI = équipements de protection industriels ! Nous avons du vêtir, une tenue de combat lol : blouse blanche, gilet orange fluo, botte en caoutchouc, des lunettes et une charlotte qu’il fallait mettre en premier avec le casque ! Moi j’ai dû en mettre deux des charlottes, car j’avais trop de cheveux sur ma tête hihi – et le casque tenait à peine par-dessus ma touffe 🙂

 

Une fois prête, on est partie pour la visite.

Avant de rentrer, nous avons dû nous laver les mains avec du savon (normal).

On pénètre enfin de l’usine. Et encore à un niveau de sécurité : le nettoyage des dessous des bottes… On continue à marcher et encore un autre niveau de sécurité : enlever les poils sur les blouses et gilets à l’aide d’un rouleau.

 

Une fois que toutes ces étapes sont passées, on voit enfin le début de la fabrication des petits pots : le pré-lavage des pommes.

Les pommes sont stockées dans l’usine jusqu’au jour où elles seront traitées.

Elles sont donc mises dans des grands bacs d’eau pour les laver. Une fois pre-lavé, il y a le tri des pommes. Le tri est fait manuellement par 2-3 personnes qui mettent dans des bacs à part les pommes abimées.

Les pommes passent ensuite dans une centrifugeuse qui va séparer la peau/pépins/branches de la chair qui sera utilisée pour faire la compote.

fabrication des petits pots

fabrication des petits pots

 

Après il y a une étape un peu floue dans la fabrication des petits pots… une étape où la compote reste dans des bacs énormes pour être traitée : cuisson et stérilisation UHT.

La phase de stérilisation est très importante et très contrôlée, car si elle est ratée le produit n’est pas consommable = jeté !

 

Une fois la compote prête, elle est mise en pot ou mélangée avec d’autres fruits et/yaourt selon les recettes prévues.

 

Nous arrivons ensuite à l’étape « assemblage » du produit dans son emballage.

Pour cela nous avons vu la fabrication des petits pots des yaourts « p’tit onctueux ».

L’emballage est conçu à base d’une bobine de feuille en polystyrène. Cette bobine passe dans une machine qui permet de chauffer la feuille pour la rendre malléable. La machine qui chauffe la feuille la stérilise aussi au passage.

La feuille passe ensuite dans une machine qui fait la forme du pot de yaourt. Enfin, le pot de yaourt accueille le produit fini.

Une fois que le pot de yaourt est rempli, il est recouvert par une opercule en aluminium (pour l’étanchéité) et de polyéthylène (pour accrocher).

 

Autre étape importante dans la fabrication des petits pots, c’est l’impression des « codes » pour la traçabilité des pots.

Ces codes permettent de tout savoir sur le produit : date de fabrication, numéro de série, producteur des pommes, provenance des pommes, etc.

 

Enfin, dernière étape dans la fabrication des petits pots : le packaging.

Les produits sont mis dans un emballage en carton préalablement reçu. Puis mis dans des bacs en carton pour les transporter chez les distributeurs.

 

Voilà toute la chaine de production (enfin tout ce que j’ai retenu de ma visite) – J’ai essayé de noter le maximum d’information pour être totalement transparente avec vous et vous partager tout ce que j’ai vu et appris lors de cette visite.

 

Après la visite de l’usine, nous avons déjeuner dans l’enceinte de l’usine avec toutes les personnes qui nous ont accompagné et aussi d’autres personnes qui interviennent dans la chaine de production, afin de répondre à nos questions.

 

 


 

FAQ #CestMoiQuiFabrique : Voici les questions que j’ai posées lors de la visite – et voici les réponses qui m’ont été données 🙂

 

Comment sont lavées les machines pour garantir la propreté du processus de fabrication ?

Toutes les semaines les machines sont nettoyées avec des produits détergents – les seuls produits efficaces pour bien récurer l’intérieur des machines. Mais avant chaque lancement de la ligne de production, ils analysent les eaux de rinçage pour s’assurer qu’il ne reste plus de produit détergent à l’intérieur.

 

Pourquoi mettre du plastic dans l’emballage et pas du verre ?

Au début nous utilisions le verre, mais au niveau de la stérilisation et du processus de fabrication c’était plus long et plus contraignant – et on perdait beaucoup le goût et la saveur du produit.

Nous préférons fabriquer nous-mêmes l’emballage pour le stériliser nous-mêmes avant d’introduire le produit fini à l’intérieur. C’est plus sûr.

 

L’emballage est fait avec quelle matière ?

Les petits pots sont faits avec du polystyrène.

 

L’emballage plastique n’est pas dangereux lorsqu’il est chauffé au micro-onde ou chauffe-biberon ?

Il n’y a aucun risque. L’emballage ne contient aucun bisphénol.

 

Est-ce qu’il y a du sucre ajouté dans les compotes ?

Il n’y a aucun sucre ajouté. Nous avons choisi à juste titre la pomme « golden delicious » qui est naturellement plus sucrée que les autres pommes pour justement donner le maximum de goût au bébé tout en respectant la saveur de la pomme.

 

Que faites-vous des pommes que vous n’utilisez pas ?

Les pommes sont recyclées pour être utilisées dans l’alimentation animale.

 


 

Je n’ai malheureusement pas pu rester l’après-midi pour les ateliers – Des ateliers où j’aurai aimé faire : tri des pommes, tri des pattes, etc.

 

En tout cas, je tenais à dire un grand merci à Anaïs de l’agence « le bureau de la com » de m’avoir permis de visiter l’usine Nestlé bébé – et un grand merci à l’équipe Nestlé bébé pour leur accueil et leur transparence.

J’ai vraiment ressenti leur envie de partager leur savoir-faire avec nous et le plaisir qu’ils ont à fabriquer des produits pour nos bébés.

 

Je suis totalement rassurée par ce que j’ai vu et entendu sur la fabrication des petits pots… J’espère ne pas avoir été dupée et qu’on ne va pas nous annoncer dans quelques années que certains composants des pots Nestlé sont cancérigènes – c’est la tendance en ce moment et je n’aimerai vraiment pas que ce genre d’info arrive sur ce genre de produit.

 

A bientôt pour d’autres aventures,

 

Gros bibis,

Pin It
1 Comment
  • zombai
    mai 26, 2017

    coucou!!c’est une belle intiative de leurs parts de laisser voir ce qui se passe derrière et donc une bonne chose pour comprendre comment cela se passe pour la fabrication!!c’est quelque chose que j’aurais aimé faire 🙂 merci pour cet article très intéréssant!!

Laisser un commentaire